Dans 40 jours, je quitte tout et je pars vivre au Japon. C’est pour une année mais mon objectif évidemment est de continuer à pouvoir voyager, être libre et vivre de ce qui me passionne. Il y a quelques semaines, j’ai quitté mon travail de Social Media Manager pour vivre à plein temps de mes blogs. C’est génial et quand je vois les premiers résultats, c’est hyper encourageant.

Chaque étape avant le départ est marquante

Pour pouvoir réaliser ce nouveau départ, j’ai tout vendu. Je n’ai plus que quelques vêtements, ma Nintendo Switch (parce quand même, je me sépare pas de Pokémon Let’s Go tout de suite…), un appareil photo et mon ordinateur. Se séparer de tout ça a été cool, ça permet de se rendre compte que tout ce qu’on a est quand même vraiment superflu. Après cette étape clé puis après avoir rendu les clés de mon appartement : retour chez ses parents. Là encore, c’est étrange. Revenir chez eux alors qu’on y vit plus depuis plusieurs années, on a l’impression de faire un petit retour en arrière. Heureusement, je n’ai rien à leur reprocher (bien au contraire, j’ai l’impression d’être un petit roi, merci Maman !) et c’est un plaisir de revoir tout le monde avant mon départ. Je sais pertinemment que pour eux, ce sera un peu compliqué de venir me voir à l’étranger et c’est la raison pour laquelle j’ai souhaité passé du temps en famille avant de partir.

40 jours, c’est lointain et en même si proche…

À 40 jours du départ, je me pose beaucoup de questions…

Là, à 40 jours du départ, je me pose une question : et si j’avais pas fait une connerie de tout lâcher ? C’est légitime comme question. Je ne sais pas vers quoi je vais et je me questionne sur des choses tellement futiles : “Et si je reviens dans 3 mois, c’est un vrai échec ?”, “Et si finalement je n’arrive pas à nouer de liens sociaux là-bas ?”, “Je vais pas m’ennuyer ?”, “J’étais dans une situation confortable mais là, je vais juste me mettre dans la merde ?”,… La liste est longue. En même temps, je suis surexcité. Donc je ne sais pas trop, je suis partagé. Je vais pas vous le cacher : l’excitation est plus forte que l’angoisse. Je sais que nombreux sont ceux qui ont tenté ce genre d’aventure à l’étranger et que par conséquent, je ne fais pas quelque chose d’inconscient. C’est bien réfléchi, j’y ai pensé depuis de nombreux mois mais quand on s’approche d’une deadline, c’est toujours différent.

“J’ai le temps, je pars que l’année prochaine”, sauf que ça s’approche plus vite que je ne le pensais

Il y a 5 mois, j’écrivais un article disant que j’allais partir mais tout cela n’était que de l’écrit. Maintenant, ça devient réel et le départ approche. Je vois les choses différemment et je suis dans une autre optique maintenant. Côté travail, j’ai comme l’impression d’avoir trouvé un presque équilibre en travaillant pour moi, sans contrainte particulière et en kiffant ce que je fais. Maintenant que je suis fixé du côté du travail, il ne reste plus qu’à profiter en voyageant. C’est ce que j’espère faire durant cette année à venir. J’ai plein de belles choses à faire et encore des projets à développer. J’aime beaucoup la vidéo et j’espère ainsi pouvoir développer également ce créneau via une chaine dédiée sur YouTube (avec une ou deux vidéos par semaine). En fait, je veux tout simplement kiffer et profiter de cette année sans contrainte si c’est possible. Alors oui, je ne vais pas faire de folies, je ne suis pas milliardaire et ce n’est pas ma vision de voir les choses. Je veux juste pouvoir bouger où je le souhaite, quand je le souhaite, sans contrainte aucune.

Je l’ai voulu, je dois me préparer à profiter des bons et des mauvais côtés

Cette liberté totale à laquelle j’aspire, tout en profitant à fond, je l’ai voulu. Elle est là et même si ce ne sera pas forcément facile tous les jours, je le sais, les bons moments que je vais pouvoir vivre seront les souvenirs marquants de cette aventure. J’entends encore aujourd’hui certaines personnes proches qui me disent “Mais tu as quand même quitté un CDI”, sauf que très sincèrement : rester 8h par jour devant un ordi dans un bureau classique, ce n’est pour moi pas possible. Je vais être honnête : je ne veux même plus bosser sur les réseaux sociaux directement, c’est vous dire à quel point j’espère tourner la page également sur ce côté là professionnel. Quoi qu’il en soit, le changement approche et je vais continuer à me le dire : non je n’ai pas fait de connerie. Je suis occupé durant les semaines prochaines et avec les fêtes à venir, je ne vais pas voir le temps passer… On verra si je suis toujours dans le même mood quand il faudra que je prépare un sac avec tout le nécessaire et que je fasse en sorte qu’il ne pèse pas plus de 20kg… Pour ça, rendez-vous début janvier et d’ici là, j’espère que vous pourrez découvrir mon premier livre, qui débarque maintenant dans quelques jours seulement.


Pensez, croyez, rêvez et osez.

Walt Disney.