Ça y est, je suis maintenant blogueur à plein temps. Étrange sensation de n’avoir aucun compte à rendre à personne, de vivre sa vie comme on le souhaite, de se lever à l’heure qu’on veut… Mais en même temps, si je veux en vivre, il va aussi ne pas falloir toujours compter ses heures, c’est vrai. J’ai la chance d’être auto-entrepreneur depuis un certain temps maintenant et donc je suis plutôt calé du côté des devis, des factures et des déclarations de mon chiffre d’affaires par exemple. Néanmoins, je dois avouer que ce passage en temps que Freelance n’est pas si facile ! Il faut savoir se fixer des limites du côté du laisser-aller. Il faut savoir se dire “Là, je me mets au travail et je rédige 3 articles”, une fois qu’on se le dit, il faut s’y tenir… C’est encore autre chose.

L’organisation et moi ? Nous sommes incompatibles.

Je ne suis pas spécialement quelqu’un de très organisé. Pour moi, tout est dans ma tête et je me dis “Ah, j’ai ça et ça à faire”, puis la plupart du temps je le fais. Il faut dire que quand j’écrivais 5 ou 6 articles par semaine, ça peut se tenir car rien d’impossible à retenir. Sauf que là, c’est devenu mon travail à plein temps et que c’est plutôt le nombre d’articles que je suis amené à écrire chaque jour. Alors forcément, c’est une autre affaire. Sans parler des mails : la plupart du temps, je supprimais les centaines de mails que je reçois tous les jours sur 8 adresses emails différentes sans même les lire et en regardant juste l’objet. Aujourd’hui, chaque mail est ouvert… Forcément, j’ai plus de temps pour le blogging et je ne me contente donc pas d’aller uniquement à l’essentiel. Tout cela fait que j’ai plein de choses à faire, en plus grande quantité et qu’il va vraiment falloir que je m’organise.

Ma nouvelle vie se résume donc à faire des listes ! Et ça m’aide franchement pas mal…

Des outils pour mieux gérer son organisation (ou juste essayer…)

Côté comptabilité, c’est plutôt simple. Je gère tout avec le logiciel Henrri dont je vous avais parlé il y a quelques mois. En réalité, ça me prend pas longtemps. Côté rédaction, je me fais une liste de tâches sur Wunderlist et j’essaye de m’y tenir. Ensuite, j’ai un document Google Drive où je place des croix chaque jour sur les blogs où il faut que je rédige des articles. Ainsi par exemple, j’ai aujourd’hui 5 articles à rédiger sur une sélection de blogs (sur les 9) ainsi que 2 chapitres de mon livre qui sortira en décembre (mais qui doit en réalité être terminé dans 15 jours, pour partir en relecture et pour travailler sur la couverture…). Évidemment, je ne me force à rien. Si un jour je n’ai pas envie, je n’écris pas. C’est aussi ça la force de cette passion qui est maintenant mon job. Si l’inspiration n’est pas là ? Idem. Je n’écris pas juste pour écrire, loin de là. J’ai toujours préféré rédiger mes articles en m’exprimant librement et parfois en laissant simplement mon esprit écrire des mots les uns après les autres au fil du tapotement de mes doigts sur le clavier. Jusqu’à aujourd’hui, cette stratégie semble plutôt payante aussi bien du côté “business” que pour mon envie de continuer à écrire quotidiennement. On ne va pas se mentir : oui, parfois c’est pénible et on a pas envie d’écrire. Je suis humain après tout… Et en même temps, je n’ai pas vraiment de comptes à rendre à personne aujourd’hui. Hormis si c’est un article sponsorisé, la plupart du temps j’ai la liberté de mettre en ligne mes articles quand je le souhaite et d’adapter ainsi mon planning : ça, ça n’a donc aucun prix. En étant freelance, c’est cette liberté que j’ai cherché avant tout.

Ma bataille de freelance : ne pas procrastiner !

Le seul problème, c’est qu’on tombe rapidement dans le “Oh, j’ai le temps ! Je me note de faire cela pour plus tard…” et on repousse encore et encore. Au final, on laisse passer et on ne met pas l’article en ligne. C’est clair que c’est un peu problématique car à un moment, il faut que je mange et que cette passion, bien qu’au départ bénévole, doit aussi me permettre de payer ce qui est nécessaire pour vivre à la fin du mois. Il faut donc trouver le juste milieu : ne pas faire le fainéant et en même temps continuer à prendre plaisir à chaque instant. Alors oui, ce ne sera pas facile quotidiennement pour ne pas dire que ces débuts en temps que freelance à plein temps vont être même compliqués, mais en tout cas l’équilibre à trouver est nécessaire pour continuer à s’éclater sans pour autant perdre cette flamme qui m’anime depuis bientôt 9 ans où j’écris quasi quotidiennement des articles.


Pour réaliser une chose vraiment extraordinaire, commencez par la rêver. Ensuite, réveillez-vous calmement et allez d’un trait jusqu’au bout de votre rêve sans jamais vous laisser décourager.

Walt Disney