Quand on est jeune, on a des idées plein la tête ! Pourquoi ne pas entreprendre et se lancer dans une idée folle ? Vous avez un talent et vous pouvez financièrement gagner un peu d’argent avec ou juste vous épanouir dans cette activité ? Ne vous en privez pas. Il n’y a pas d’âge pour être entrepreneur, même si cela reste marginal chez les jeunes qui sont confrontés à de nombreuses barrières ou du moins des idées reçues.

Tout d’abord, sachez que si vous souhaitez opter pour une micro entreprise (cela reste le statut le plus simple pour beaucoup), il faut être émancipé si vous n’êtes pas majeur et cela ne peut alors se faire avant vos 16 ans. Néanmoins, dans un premier temps, rien ne vous empêche également de lancer des projets bénévolement juste avec l’envie d’avancer. Que vous soyez à la tête d’un site internet qui fonctionne bien mais ne rapporte rien ou bien que vous souhaitez vous lancer dans tout autre chose (applications mobiles, expertise dans un domaine, activité artisanale en créant quelque chose de physique,…), n’hésitez pas à commencer même si vous ne gagnez rien. N’oubliez pas que quand on entreprend, il faut le faire avec envie et surtout passion. Au départ, on est passionné et ensuite, on voit que dans la vie il faut simplement pouvoir s’en sortir financièrement car les passions sont parfois envahissantes et très prenantes sur votre emploi du temps et même votre budget. J’ai débuté avec un blog, je devais bien payer les 50€ d’hébergement et le nom de domaine chaque année. Sans aucun revenu, c’est compliqué.

Sachez une chose : il ne faut jamais voir l’âge comme un frein. De plus, lorsque vous grandirez et que vous serez amené à avancer dans votre cursus scolaire, si vous avez entrepris des projets on se dira “Putain, à son âge il a déjà fait ça !”. J’ai commencé le blogging, j’avais 13 ans. Mes premières propositions d’articles sponsorisés étaient là, quelques mois après seulement. Mais comment encaisser ces sommes ? C’est là où légalement il faut une structure et j’avais peur de commencer à gagner de l’argent à cet âge. Sans être auto entrepreneur c’est compliqué en plus (et la création de ce statut était toute récente à l’époque !). Néanmoins, en se renseignant auprès de juristes ou de comptables, vous pourrez trouver des solutions. Pour ma part, j’ai au départ refusé. Alors pour me remercier d’un article, on m’envoyait parfois un t-shirt, une figurine ou bien un jeu vidé. Ça ne parait rien, mais ça me faisait déjà plaisir… Bon, j’ai uniquement compris quelques années après que les cadeaux ça ne paye pas les factures et le loyer non plus. Cependant, une chose est sûre : j’ai fait tout cela par passion, comme aujourd’hui encore, avec peut-être juste plus d’insouciance.

Je n’ai rien créé. Je n’ai pas fait de business model. Je n’ai pas cherché à générer de l’argent. Rien du tout ça. Pourtant, en développant une audience, on est venu me chercher. Une fois que vous avez une audience, vous pouvez alors leur proposer de nombreuses choses en plus à cette dernières : produits dérivés, formations, etc (à adapter en fonction de la taille de cette dernière). Le tout est d’avoir de fidèles lecteurs, même en petit nombre et d’installer une certaine confiance. Une fois que cela est fait, si vraiment vous souhaitez entreprendre : trouvez des partenaires, appuyez vous sur cette audience et développez ce que vous souhaitez. Juste : ne faites pas n’importe quoi pour gagner de l’argent. Pendant des années, j’avais un bloqueur de pub. Je me suis donc toujours dit “Pas de bannières chiantes sur mes sites, je veux pas faire ce que j’aime pas chez les autres alors je trouverais d’autres alternatives si besoin !”. Aujourd’hui, je n’ai encore jamais affiché une seule pub sur un seul de mes sites. Maintenant que je travaille dans le webmarketing, je vous avoue que j’ai désactivé Adblock et que je vois moins la publicité comme quelque chose d’intrusif. Si je juge alors que c’est nécessaire, pourquoi pas mettre cela en place, mais à l’heure actuelle je n’y pense pas spécialement. Ces dernières phrases avaient simplement pour but de vous dire une chose : ce n’est pas parce que vous êtes jeune que vous ne pouvez pas réussir à raisonner. La preuve, j’étais ado et j’avais pris cette décision de ne pas mettre de publicités, je n’ai pas changé d’avis depuis.

Lors de rendez-vous “professionnels” (qu’à l’époque je ne prenais pas comme ça, car ça reste presque un jeu), vous serez peut-être amené à rencontrer des gens avec qui vous n’aurez échangé que par mail ou téléphone. Quand vous arrivez face à eux, on vous dira “Ah, vous êtes… d’accord, très bien”. On m’a déjà dit “Je t’imaginais pas si jeune” lors d’évènements auxquels j’ai pu être invité par des marques dans le passé. Au final, ça n’a changé en rien ma façon de faire ni celle des marques avec lesquelles j’ai été amené à faire quelques collaborations.

Que cela soit clair : lancez-vous même si vous êtes mineur ! Entreprendre (au sens de tenter des choses et non pas forcément de lancer son entreprise), c’est tellement kiffant. Attendre la réaction des gens, lire leurs avis, analyser les chiffres, développer une audience, participer avec passion à chaque nouvelle pièce du puzzle… Tout cela vous fait également grandir. Puis parfois ça ne marche pas et ça se casse la gueule. Sauf qu’il y a de tellement de belles choses à retenir de tout ça, qu’au final, vous ne pouvez pas regretter, c’est impossible. Alors non, l’excuse de l’âge n’est pas valable.