Rien ne m’énerve plus que quand on entend des parents dire à leur enfant “Tu deviendras médecin plus tard” ou bien “Tu feras comme moi, tu reprendras l’exploitation agricole !”. Ce sont des exemples et pourtant, tout cela est très fréquent. Je vais vous raconter également comment durant ma scolarité on s’est parfois foutu de moi en me disant d’aller vers une autre voix. Que cela soit clair : même si durant votre scolarité on vous demande de voir un conseiller d’orientation, ni lui ni personne d’autre ne doit choisir ce dont vous avez envie pour votre vie future. Il est là pour vous aider avant tout à faire ce que vous voulez.

Pour faire simple, lorsque j’avais 13 ans, j’ai créé mon premier blog. Rapidement, j’ai pu collaborer avec des marques. À l’époque, on était très très loin de tout ce que l’on peut voir aujourd’hui au niveau des partenariats. Cependant, cela m’a permis de découvrir des métiers incroyables. Par exemple à l’époque, j’ai appris que quelqu’un pouvait gagner sa vie en animant la page Facebook d’une marque. C’était peu après la naissance de ce qu’on appelle aujourd’hui un “Community Manager”, alors que c’était très peu fréquent à l’époque. À ce moment, j’ai su que c’est ce que je voulais faire. Pourtant, il y a 8 ans, à aucun moment on ne m’a pris au sérieux. On me répondait : “Tu crois vraiment que des gens sont payés pour cela ? Il faut arrêter de rêver !”. On m’a aussi dit “De toute façon, si ça existe, le temps que tu termines tes études, ce sera bouché !”. Aïe. Comment durant toute une scolarité, un corps enseignant qui doit être là pour te pousser vers le meilleur, se permet avec toute l’équipe éducative de te dire ça ? Qui sont-ils ? Je n’en ai pourtant pas démordu, j’ai décidé de continuer à y croire. Par ailleurs, certains professeurs allaient à l’encontre des autres. J’ai aussi été encouragé par certains et dans ce cas, c’était une force supplémentaire pour continuer.

Je me souviens, quelques années plus tard… Arrive le moment où on te demande de choisir ta filière. Je dis ce que je veux faire et on me répond “Ah, de l’informatique ! Du code, tout ça. Il faut être bon en maths ! Mais t’es dans les derniers de ta classe Roméo, tu ne peux pas aller en S”. Quelle blague. Alors que de toute façon, je voulais faire une terminale ES et cela depuis longtemps. On m’a dit que ça me fermerait des portes pour ce que je voulais faire ensuite… Dans tous les cas, je n’ai pas vraiment écouté ce qu’on me disait et tant mieux, je leur ai prouvé que je pouvais réussir dans ce que je veux faire, même en étant mauvais (bon d’accord, très mauvais…) en maths.

Si tu fais des études, c’est pour plus tard réaliser tes rêves.

J’ai ensuite enchainé avec des études dans le web et le multimédia (dont du code, comme quoi… même si j’étais nul en maths 😉). C’est ce que j’avais voulu faire depuis le départ, puis je me suis ensuite tourné vers une formation consacrée aux médias avec encore une fois du web. Un stage et une alternance plus tard, j’obtiens un CDI. Un stage de quoi ? De Community Management. L’alternance ? Idem. Le CDI ? Idem, avec en plus la possibilité de faire autre chose : du webmarketing. Un point commun à tout ça ? Je m’éclate quotidiennement. Quand je me lève, je suis hyper content d’aller au bureau et de faire de cette passion mon métier. Croyez juste en vous, quand on aime un truc, on se dépasse et on fait tout pour réussir. Personne ne va choisir le domaine vers lequel vous allez vous tourner plus tard. Oui, c’est toi qui va te lever tous les matins pour gagner ta vie, alors autant que tu fasses quelque chose qui te donne la pêche et l’envie de te surpasser.

Évidemment, je parlais du corps enseignant mais ce ne sont pas les seuls. Les parents jouent un rôle important dans tout cela. Comme chaque enfant on préfère parfois les écouter. Cependant, il faut se poser les bonnes questions et se remettre parfois en question. Il ne faut pas hésiter à dire non quand on ne veut pas de quelque chose. Si j’avais écouté ce qu’on me disait, j’aurais dû faire une fac d’économie. Pourquoi au final ? Je ne sais même pas, on me disait juste que j’étais plutôt bon dans ce domaine. Quoi qu’il en soit : faites ce que vous aimez. Si vous êtes du genre rêveur, un moment la réalité vous rattrapera. Vous aurez au moins tenté et ce mérite là, il vaut tout l’or du monde.

Quoi qu’il en soit, peu importe ce qu’on a pu me dire : j’ai réussi. Oui, je suis devenu Community Manager en agence web. Oui, je suis également auto-entrepreneur avec mes divers blogs/sites. Oui, j’en suis très fier et il n’y a aucune prétention là dedans. Juste de la fierté. Je pense sincèrement qu’être fier de soi est important. Quand je regarde derrière, on me disait que c’était impossible. Ça n’a eu qu’un effet : me motiver à croire le contraire. Alors s’il vous plait, promettez moi une chose : faites tout pour atteindre votre objectif. Si vous ne réussissez pas ? Pas grave, vous aurez tenté et vous n’aurez pas de regret. On se relève toujours d’un échec.